Introduction

Les radicaux libres sont des espèces chimiques hyperactives et instables qui possèdent un ou plusieurs électrons non appariés. Afin de se stabiliser, ils vont prendre un ou plusieurs électrons à leur proche voisin. Ce transfert d’électrons correspond à une réaction d’oxydation-réduction. L’espèce qui perd un électron est oxydée, celle qui en gagne un est réduite.

Lors de ce transfert d’électron, la structure du composé oxydé est endommagée, il lui manque un ou plusieurs électrons et on parle d’une substance oxydée. Dans le cas d’un morceau de fer rouillé ou d’une pomme brunie, ils peuvent facilement être remplacés. Dans le cas de nos propres cellules, c’est plus difficile. C’est une bonne raison pour mieux contrôler l’oxydation de nos cellules, qui quand elle devient chronique ou trop grande conduit irrémédiablement à des conséquences négatives.

Le rôle des radicaux libres

Tous les radicaux libres, pour autant que leur production/action soit contrôlée, ne sont pas négatifs. C’est le cas des radicaux libres produits par notre système immunitaire pour se débarrasser des pathogènes comme les virus ou les bactéries qui peuvent nous contaminer. C’est un bon exemple de la puissance destructrice des radicaux libres qui vont rapidement oxyder/tuer les envahisseurs. En quantité contrôlée, les radicaux libres jouent également un rôle important de messager et régulateur cellulaire.

Ainsi, les radicaux libres, à l’image de nombreux composés biologiques, montrent deux aspects antagonistes qui dépendent de leur dosage. Quand leur quantité est contrôlée, ils assurent des fonctions indispensables au bon fonctionnement des cellules, alors que hors contrôle, ils perturbent le fonctionnement normal des cellules et des tissus.

Les sources de radicaux libres

Il existe deux sources de radicaux libres auxquels nous sommes constamment exposés. Une source interne, lorsque les radicaux libres sont produits par nos cellules et une source externe, lorsque ils sont produits par notre environnement.

Sources internes

Comme mentionné ci-dessus, les cellules de notre système immunitaire, tels les macrophages, sont une source interne de radicaux libres, dans le cadre de la réponse immunitaire. C’est également une des raisons pour laquelle, un système de défense antioxydant en bon état, capable de contrôler les radicaux libres, est également associé au bon fonctionnement du système immunitaire.

Une autre source interne de radicaux libres provient de notre respiration. Nous utilisons de l’oxygène pour produire de l’énergie, durant ce processus, 2-3% de cet oxygène est mal contrôlé et produit des radicaux libres dérivés de l’oxygène, souvent connus sous leur abréviation anglaise: ROS, pour Radical Oxygen Species.

Une troisième source de radicaux libres internes concerne la réaction des cellules à des processus inflammatoires. Comme dans le cas de la réponse immunitaire, la production de radicaux libres correspond à un mécanisme de défense contre une agression. Ce processus est paradoxal, puisqu’il provoque lui-même une agression, qui lorsqu’elle n’est pas contrôlée, se développe en cascade et de façon relativement rapide (cascade oxydative: l’oxydation d’une espèce entraînant l’oxydation d’une autre espèce de façon cumulative).

Sources externes

Il existe plusieurs sources externes de radicaux libres. Les radicaux libres sont souvent des espèces secondaires produites lors d’une première réaction. La combustion, soit l’oxydation par l’oxygène de plusieurs matières, comme par exemple le bois, mais aussi le pétrole, produit des quantités massives de radicaux libres. C’est le cas, par exemple, de la fumée de cigarette ou des micro-particules provenant des moteurs de voiture. De façon générale, la pollution urbaine est une source importante de radicaux libres.

Plusieurs types de radiations, comme les radiations cosmiques, radioactives, électromagnétiques ou ultraviolettes sont également à l’origine de la production de radicaux libres par les cellules qui y sont exposées.

De la même façon, plusieurs contaminants, comme par exemple, les métaux lourds, sont connus pour leur action oxydante. Ainsi, la présence de métaux lourds dans le sol ou dans nos aliments est à l’origine d’une production de radicaux libres élevée par les cellules exposées à ces conditions.

La consommation de médicaments ou paradoxalement, le surdosage de suppléments antioxydants peut également induire la production de radicaux libres. En excès, les antioxydants deviennent pro-oxydants.

Deux autres conditions peuvent également contribuer à augmenter la production de radicaux libres. Il s’agit de la pratique sportive, qui lorsqu’elle devient trop importante, qualitativement et/ou quantitativement et relativement au niveau d’entraînement individuel de chacun va générer une grande quantité de radicaux libres. En effet, dans ce cas, la production de radicaux libres va dépasser la capacité du système de défense antioxydant qui les contrôle.

La seconde condition est représentée par le stress psychosocial qui provoque la production de radicaux libres, en relation avec la réponse physiologique et hormonale au stress. Dans ce cas, l’exposition et sa propre perception du stress sont des facteurs importants qui contribuent à augmenter la production de radicaux libres.

Conclusions

Nous sommes tous les jours constamment exposés aux radicaux libres, qu’ils soient produits par nos cellules ou proviennent de notre environnement.
Dans le cas d’une production et/ou exposition prolongée ou trop grande aux radicaux libres, les conséquences sont défavorables et sont à l’origine de dysfonctionnements cellulaires qui peuvent conduire au vieillissement accéléré et à plusieurs maladies.

Like this post2
Go top