« O2Score, mon fidèle compagnon d’entraînement »

 

Profil utilisateur: Georges Rochat, ingénieur et entrepreneur passionné par la miniaturisation électronique pour améliorer la qualité de vie des patients, et également CEO de Edelfor-Life SA. Compétiteur régional en ski alpin, et pratique également le tennis.

 

Date de la première utilisation: 2012

 

Mes performances sportives n’ont jamais fait la une des journaux, mais tout au long de ma vie j’ai régulièrement pratiqué plusieurs sports. Il y a un peu plus de 3 ans, j’ai découvert la technologie Edel développée par le Dr Philippe Tacchini et le professeur Hubert Girault de l’EPFL dans le cadre de projets CTI. Une étude faite sur un groupe de marathoniens par une équipe de l’Inselsptital à Berne lors du marathon de la Jungfrau a permis à Edel d’effectuer des mesures sur des échantillons de sang prélevés sur les coureurs avant et après leur course.
Le résultat obtenu est très intéressant. Il montre en particulier que le retour à la valeur Edel de départ varie en fonction des athlètes, mais que tous passent par leur valeur de départ plus ou moins rapidement. Le retour à la valeur de départ signifie que le système de défense anti-oxydant a retrouvé un fonctionnement normal après l’effort. Sur la base de cette analyse, Edel a dirigé son application en direction du sport et de la récupération après l’effort.

 

Pendant plus d’un an, j’ai utilisé la technologie Edel pour suivre mes entraînements, mais sans la notion de récupération. Au cours de l’été 2013, mes valeurs Edel. qui étaient stables aux environs de 200, la valeur recommandée par Edel et qui correspond, pour les hommes, à la valeur la plus fréquemment observée auprès des personnes en bonne santé, ont commencé à rapidement augmenter pour atteindre des valeurs supérieures à 300 Edel, ceci de manière chronique… j’ai pensé à un mauvais fonctionnement, mais les résultats ont été confirmés. Des douleurs dorsales m’ont ensuite empêché de pratiquer du sport et quelque temps plus tard j’étais diagnostiqué avec un cancer du poumon en phase IV, un comble pour moi qui n’avait jamais fumé… Une analyse moléculaire a permis de déterminer que j’étais un receveur positif pour un nouveau traitement et après une douzaine de mois de traitement, les douleurs ont diminué et j’ai pu à nouveau envisager de reprendre mon activité sportive.

 

Entre-temps, pour faciliter l’utilisation de sa technologie, Edel, sous ma responsabilité, a développé un nouvel appareil appelé O2score, simple à utiliser. Les valeurs mesurées sont enregistrées sur le Smartphone de l’utilisateur connecté par Bluetooth et également envoyées sur le compte personnel de l’utilisateur. Des mesures effectuées dans différentes conditions permettent de déterminer la valeur de récupération (Vr) de l’utilisateur. Depuis que j’ai repris l’entraînement en partant de zéro, je respecte scrupuleusement les indications de mon O2score, le nouveau compagnon de mes entraînements. Avant chaque entraînement, je m’assure que la valeur mesurée est égale à ma valeur Vr ±10 Edel. Si c’est le cas je sais que je peux faire un entraînement intensif (par ex. entre 3.7 et 5.0 sur l’échelle training effect de Garmin). Si au contraire la valeur mesurée est en-dehors de cette limite, je me contente d’effectuer une récupération active pour accélérer ma récupération. Sans rien changer à ma nourriture et sans supplémentation, ma valeur Edel progresse pour s’approcher de la zone de confort de 200 ± 10 Edel. De plus, avec un entraînement bien contrôlé, j’ai même participé au relai d’un triathlon en effectuant le parcours à vélo à une moyenne d’un peu plus de 30km/h. Il y a 12 mois, je pouvais à peine monter sur un vélo et aujourd’hui, sans être guéri, une sortie de 60km ne me fait même pas peur!

 

Aujourd’hui, je ne fais pas un seul entraînement sans vérifier ma valeur Edel avec mon fidèle compagnon O2score. Si vous voulez progresser physiquement, je ne peux que vous recommander d’utiliser régulièrement un appareil qui deviendra rapidement votre fidèle compagnon d’entraînement.